Le quartier chinois

Lampion chinoisVoici ma participation au défi  « Des mots, une histoire 93″
lancé par Olivia sur le blog  « Désirs d’histoires »

………………………………………………….

Les mots imposés :

refuge – travail – plus (+) – mince – prendredes mots une histoire
château – muette – événement – fiction – déplaisir
rafraîchir – poète – rayonner – courage

………………………………………………….

.

.

Lire l’article précédent

Je sortais du métro place d’Italie pour regagner mon hôtel quand, finalement, je décidai de faire un crochet par le quartier chinois. Le fait que la plupart des touristes privilégient la visite de châteaux ou de musées à toute autre activité m’avait toujours intrigué. Pour moi, explorer des endroits insolites, des quartiers pittoresques,  faisait partie des joies de la découverte d’une ville. Ici, le dépaysement était saisissant. Les éclats de voix révélaient une langue aux accents chantants. Tel un poète déclamant  une épopée à l’évocation imagée, un vieil homme haranguait le chaland pour l’inviter à pénétrer dans sa boutique de souvenirs. Plus loin, le fumet de plats épicés venait titiller mes narines alors que je déambulais au milieu des restaurants asiatiques. Le déplaisir procuré par ces parfums exotiques m’intriguait d’autant plus que j’avais toujours eu un sens de l’odorat assez peu développé. Je m’engageai dans la rue du Père Guérin, lorsqu’un événement inattendu se produisit.

— Mince alors ! m’exclamai-je.

Un chien, qui venait de se soustraire à la surveillance d’un jeune homme, se précipitait sur moi en aboyant. Il se mit à tournoyer sur lui-même en émettant des jappements joyeux. Un « Ouaf » enthousiaste finit de me rafraîchir la mémoire. C’était la malheureuse bête qui avait goûté à mon infecte potion sur le parvis de l’église Saint-Jean ! Moi qui croyais qu’il s’était échappé d’un refuge, tant il avait triste mine, voilà que je le retrouvais ici, tout pimpant, accompagné de son maître. J’avais pourtant rayonné de rue en rue dans le quartier de la Tour Eiffel des heures durant. Il avait fallu que je prenne le métro jusqu’ici pour que nos chemins se croisent à nouveau. Certaines coïncidences nous laissent parfois muets d’étonnement et d’incompréhension, avec l’étrange sensation de se retrouver dans un roman de science fiction. Le jeune homme venait de prendre un appel téléphonique et me jetait des coups d’œil à la dérobée. J’aurais juré qu’il parlait de moi à son interlocuteur. Cette impression d’être le sujet de sa conversation s’accentua lors qu’il s’adressa à moi.

— Je m’appelle Xavier, fit-il en me tendant la main. Si vous voulez bien me suivre, j’aimerais vous présenter quelqu’un.

Je n’avais pas le courage de me rendre où que ce soit, car je devais rentrer à l’hôtel pour ranger mes affaires. Mon séjour parisien touchait à sa fin. Dans trois jours, je reprenais le travail. Comme d’habitude, la curiosité fut la plus forte. Je lui emboîtai le pas.

Lire la suite

………………………………………………………………………………………………

Photo Gertie_DU avec l’aimable autorisation de son auteur

………………………………………………………………………………………………

Les coulisses de l’histoire

Xavier était allé récupérer le chien au salon de l’auto. Le « sujet d’étude » se dirigeait vers le quartier chinois. Inévitablement, ils devaient se rencontrer.

Et voilà, c’est chose faite.

Publicités