Souvenirs d’antan

Grand-mèreAprès avoir essuyé et rangé la vaisselle, Mamie Simone s’était assoupie dans le fauteuil, son ouvrage de crochet serré contre son ventre. D’habitude, après le repas, elle sortait du buffet la boîte à bonbons et offrait une friandise à Pierrot. Sauf cette fois-ci. Elle avait oublié. Le garçonnet n’osait pas réveiller sa grand-mère, pourtant comment résister à l’appel de la gourmandise ? La pensée des bonbons acidulés venait taquiner ses papilles. Il lui semblait même entendre le craquement du papier que l’on déplie. Comment faire ? Du haut de ses six ans, il était bien trop petit pour atteindre l’étagère la plus haute du buffet. Il enfila sa panoplie d’indien et commença à tourner autour du fauteuil en imitant un chant guerrier, mais Mamie ne bougea pas d’un pouce. A l’aide d’une plume prélevée de sa coiffe de grand chef Sioux, Pierrot tenta quelques chatouilles sous le nez de la vieille dame. En vain. Un bisou baveux sur sa joue n’eut pas plus d’effet. Au contraire, on aurait dit qu’elle s’enfonçait plus profondément dans le sommeil. De dépit, le garçonnet soupira et fila dans la cuisine. Il se hissa sur une chaise et ouvrit la porte supérieure du buffet. Alors qu’il tendait le bras vers l’objet de sa convoitise, la chaise commença à tanguer dangereusement.

Pendant ce temps…  Simone batifolait dans les champs en compagnie du garçon de ferme embauché quelques mois plus tôt par le père Grosjean. La jeune fille était attirée par ce jeune homme dont les yeux s’emplissaient d’étoiles dès qu’il évoquait ses projets d’avenir. Lucien, c’est ainsi qu’il se prénommait, trouvait Simone tout à fait à son goût et appétissante à souhait. Il se voyait partageant avec elle des moments de tendresse et se risquait même parfois à imaginer des scènes un peu plus croustillantes. Ce jour-là, il avait décidé de déclarer sa flamme à la jeune fille. Pour l’occasion, il l’avait invitée à une promenade au bord de la rivière. En chemin, il cueillit une marguerite qu’il effeuilla de façon suggestive, tout en chantonnant la traditionnelle comptine « Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… ».  Le teint pâle de Simone avait rosi sous l’effet de l’émotion, mais il vira au rouge pivoine lorsque Lucien chatouilla sa joue avec une brindille. Le jeune homme, faisant mine de  lui faire une bise amicale, s’enhardit et lui déroba un baiser. Lorsque leurs bouches s’unirent, Simone ferma les yeux. Les lèvres du garçon étaient agréablement sucrées. Elles étaient douces et avaient le goût du caramel au beurre salé. Lentement, elle les rouvrit.

— Mon Dieu, Pierrot, mais qu’est-ce qui se passe ? Mais comment as-tu fait ?

Le petit garçon venait de déposer un bonbon dans la bouche de la vieille dame.

— Tu dormais, alors je me suis débrouillé tout seul, comme un grand !

Le garçonnet tenait dans sa main poisseuse une boîte de fer blanc remplie de caramels enveloppés de papier cellophane irisé. Quelques morceaux de papier multicolores jonchaient la table basse. Mamie sourit en les apercevant.

— Mais tu aurais pu te faire mal ! ajouta-t-elle en caressant tendrement les cheveux de l’enfant. C’est drôle, j’étais en train de rêver de Papy. C’était il y a très longtemps… C’est sûrement le goût du caramel qui m’y a fait penser.

— Papy aussi aimait les caramels ?

— Oh oui, il les aimait beaucoup, fit la vieille dame, songeuse.

Ce petit somme l’avait ragaillardie. Tout en chantonnant, elle rangea la boîte dans la partie basse du buffet.

— La prochaine fois, si je m’endors, tu n’auras pas besoin de monter sur une chaise.

………………………………………………………………………….

Ceci est ma participation au défi  « Des mots, une histoire 113″des mots une histoire
lancé par Olivia sur le blog  « Désirs d’histoires »

Les mots imposés :

friandise – sucré – dérober – bisou – amical
caramel – croustillant – appétissant

…………………………………………………………

Photo Gertie_DU avec l’aimable autorisation de son auteur

…………………………………………………………

Les coulisses de l’histoire

J’avais dans l’idée de raconter le rêve d’une grand-mère influencé par les efforts de son petit-fils pour la réveiller, avec la mise en parallèle des 2 scènes. Tout ça sous fond de nostalgie, celle de l’enfance et celle des souvenirs qui remontent à la surface grâce à un rêve.

Publicités

21 réflexions sur “Souvenirs d’antan

  1. Coucou MCL,
    Au début, j’ai eu très peur… que la grand-mère se soit assoupie pour toujours…
    Une histoire de vie tendre et vraie. Les personnes âgées ont toujours une boîte de gâteaux ou de bonbons.
    J’aime aussi photographier les mains. Elles parlent tant de ce qu’elles ont vécu…
    Bon we et gros bisous d’O.

    • J’ai bien failli la faire endormir pour toujours cette grand-mère. En tout cas, l’idée m’a effleurée. Mais l’idée de ce bout de chou de 6 ans devant affronter une telle situation ne me plaisait pas. C’est là que m’est venue l’idée du rêve.
      Bisous à toi aussi Soène.

  2. Comme c’est tendre et bien raconté
    j’ai adoré en particulier tous les détail auditifs : craquement du papier que l’on déplie, le chant du petit indien 😉
    Comme Soène j’ai eu un peu peur au début ……

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s