La partie peut commencer

Jeu de guerreAmis de longue date, nous avons pour habitude de passer chaque réveillon du nouvel an ensemble. J’éprouve toujours un immense bonheur à retrouver Maud, Patrice, Sarah et Michael. Ces intenses moments de partage sont précieux, comme empreints de magie.  Comment vous dire… nous faisons partie de ces gens que rien ne pourra jamais séparer. Nous sommes comme les doigts de la main, à la fois pluriels par nos cultures respectives et pourtant si semblables par nos idéaux. Ce soir, les agapes se déroulent chez Sarah et Michael. J’arrive, bon dernier, comme à mon habitude. Accueilli avec des sourires entendus.

— Quoi ? Je suis en retard, c’est ça ?

— Mais non !  Ce n’est pas ça. Tu verras, c’est une surprise.

Surprise. Il a suffi de prononcer ce mot pour titiller ma curiosité. Je ne serai pas satisfait tant que je ne saurai pas. Alors que nous passons à l’apéritif, je me lance dans l’un de nos jeux favoris, celui des devinettes.

— Ça se mange ? C’est un dessert ?

Sarah pouffe de rire :

— L’univers ne se résume pas aux banales nourritures terrestres. Je me demande bien comment tu ferais pour survivre si tu t’échouais sur une île déserte.

— Ah, c’est un cadeau, bien sûr !

— Non, pas de cadeau, juste une surprise.

— Un jeu ?

— Bravo ! Maintenant, je ne dirai rien de plus. Tu verras bien.

Je jette un regard circulaire pour essayer de dégoter un indice. Rien. Le néant. Tant pis, il me faudra patienter et attendre la fin du repas. Ma participation à la conversation se limite à de brèves interventions. J’écoute distraitement Patrice évoquant ses dernières vacances passées en Australie, la couleur rouge orangé des lichens sur la côte,  les animaux si étranges croisés à l’occasion d’une virée en Tasmanie. Nous avons droit à un cours de géographie en bonne et due forme, mappemonde à l’appui. Je perçois vaguement quelques mots : « 40ème parallèle »,  « mer », « étendue de terres », mais je ne parviens pas à fixer mon attention. Mon esprit vagabonde. Michaël va sûrement nous présenter le jeu sur lequel il travaille depuis de longs mois, un jeu grandeur nature basé sur la réalité virtuelle. Ces dernières semaines, il n’a pas cessé de nous mettre l’eau à la bouche avec des airs entendus. Grâce à un article lu dans le journal, je sais vaguement qu’il s’agit d’un jeu de stratégie et que les joueurs se retrouvent plongés dans le passé, à l’époque de la deuxième guerre mondiale. Bien sûr, Michaël a volontairement négligé de nous en dire davantage et nous avons dû nous contenter de ce que l’éditeur Astral Games a bien voulu laisser filtrer auprès des medias. Je me vois déjà enfilant ce casque qui fait ressembler les joueurs à des extraterrestres ou à de grosses mouches bleues macrocéphales. J’imagine l’instant de la découverte, lorsque je vais entrer de plein pied dans ce monde parallèle. Quel rôle vais-je jouer et qui seront les autres protagonistes ? Les idées se bousculent dans ma tête. Je suis tellement préoccupé que je  n’ai rien remarqué. Des bruits de vaisselle me parviennent depuis la cuisine et je m’aperçois que la table a été débarrassée.  Michaël y dépose une boîte dont il soulève lentement le couvercle.

— C’est un prototype, mais il marche du tonnerre !

— Quoi ! Mais c’est juste un jeu de plateau ! C’est ça la surprise ?

Des pions multicolores, des guerriers à l’aspect sommaire, sont disposés sur la case « Départ » d’un plateau métallique figurant la carte du monde. Le relief des montagnes est parcouru d’un réseau de cours d’eau d’un bleu lumineux. Les ruisseaux deviennent rivières et vont se perdre dans des prairies verdoyantes. Plus loin, je distingue des champs découpés en parcelles dans un dégradé de marrons et ocres. Bien que réticent, je suis subjugué par autant de détails.

— Alors, vous voulez jouer de façon traditionnelle ou en immersion totale ? fait Michaël avec un clin d’œil. Avoue, tu as cru que c’était un bête jeu de société ? ajoute mon ami avec un regard amusé dans ma direction.

Immersion totale… Bien sûr que j’ai envie de jouer en immersion totale. Déjà les doigts se lèvent, d’abord Patrice, puis Sarah. Je m’apprête moi aussi à manifester mon enthousiasme lorsque je m’arrête net.

— Et ça, c’est quoi ?

— Pour entrer en immersion totale, je dois vous injecter une puce, répond Michaël en brandissant une seringue menaçante. Plus de casque, c’est ça la surprise.

— Mais…

— Allez, ne fais pas ta nymphe effarouchée ! fait Maud, amusée par mon soudain revirement.

— Pas d’inquiétude, ajoute Michaël d’un ton rassurant. Je suis le maître du jeu et je veillerai sur vous jusqu’à la fin de la partie. Alors, à qui le tour ?

D’un bref appui sur le piston, il chasse l’air de la seringue. Une goutte perle à l’extrémité de l’aiguille. La partie peut commencer.

……………………………………………………………………………………………

Voici ma participation au défi
LES PLUMES à thème n°14   lancé par Asphodèle
sur le blog  Les lectures d’Asphodèle .

L’exercice consistait à rédiger un texte ayant pour thème le monde. Les mots suivants étaient imposés :

Gens, survivre, univers, découverte, terre, partage, bonheur,
macrocéphale, cultures, tour, astral, grandeur, mer,
extraterrestre, envahisseur, animal, mappemonde,
journal, pluriel, couleur, parallèle, fin, guerre,

 et nymphe, néant, négliger (mots proposés par Asphodèle).

Étant donné le nombre conséquent de mots, Asphodèle a légèrement modifié la règle en nous autorisant à supprimer l’un d’eux. Je n’ai donc pas utilisé « extraterrestre ».

……………………………………………………………………………………………

Les coulisses de l’histoire

Ces mots m’ont immédiatement rappelé le jeu de stratégie « Risk » que j’ai découvert un soir de réveillon du nouvel an. J’étais partie pour raconter une histoire assez proche de cette soirée mémorable, et puis, comme toujours, c’est l’histoire qui a décidé pour moi…

Publicités

37 réflexions sur “La partie peut commencer

  1. Beau texte, avec les mots utilisés naturellement, sans effort (apparent, bien sûr!). La déconfiture (temporaire) du narrateur m’a fait rire – je pouvais presque voir sa tête à la vue du plateau 🙂 Mais le revirement… une seringue? Mmm. Je préférerais avoir l’air d’un extraterrestre, moi!

  2. Oh ! c’est frustrant ! j’attendais avec impatience et patience l’explication du jeu, cette surprise qui t’a fait loupé le si bon repas de jour de l’an, juste le bruit de la vaisselle … Zut ! je vais revenir en espérant trouver la solution à ma curiosité …

  3. Oh ça me fait penser au film « the game » où le personnage se retrouve en immersion totale dans un jeu et finit par ne plus rien maîtriser du tout !!! Une grande trouvaille, un jeu de plateau qui propulse dans un autre monde même si la seringue ne me dit rien qui vaille non plus !

  4. Brrr, je passe mon tour !!! Y sont bizarres tes amis !!! 😆 Je sais c’est de la fiction mais ça fiche les jetons quand même !!! On se dit que ce n’est pas impossible du tout et là ça devient terrifiant !!! Je me sauve, à chaque fois ou presque tu me glaces les sangs !!! 😦

  5. Effrayants les joueurs ? Je connais quelques adultes fanas de wargames, d’autres de paintball et encore d’autres fanas de reconstitution du Moyen-âge et je dois dire que j’ai du mal à les comprendre. Quand à la seringue, oui, c’est un aspect un peu terrifiant : quelle sera la limite ?

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s