L’héritage

Chemin de terreHenri habitait un petit village de la Montagne Noire. Qu’il pleuve ou qu’il vente, il partait tous les matins à l’aube, sa musette à l’épaule, en direction de la mine d’or de Salsigne. Aujourd’hui, il était triste, écœuré par tout ce gâchis. Il avait beau être solide comme un roc, il n’en était pas moins un homme dont le cœur avait été déchiré. Il aurait aimé pouvoir se laisser aller à pleurer. La veille, il avait assisté impuissant à la mort de son ami le plus cher. Tout comme lui, Étienne triait le minerai pour en extraire les précieuses pépites. Et tout comme lui, il s’empoisonnait à petit feu au contact des émanations d’arsenic.

Un an plus tôt, Étienne avait rencontré Germaine, une fille de la ville. Faire sa vie avec un pauvre type de la campagne ne faisait pas partie de ses projets. Elle avait d’autres ambitions. Lui ne l’entendait pas de cette oreille et n’avait pas l’intention de renoncer. Connaissant les goûts de sa belle, il s’était mis en tête de lui offrir une vraie bague de fiançailles ornée d’une gemme rare ; un rubis ou une émeraude. Il ne voulait pas d’une vulgaire pierre censée imiter l’éclat du diamant. Henri avait tenté de l’en dissuader, en vain. Amasser un petit pécule en se tuant à la tâche était une chose, mais il ne comprenait pas que son ami se soit amouraché de cette Germaine au point de tout lui sacrifier. En s’exposant plus que de raison au poison, c’est sa propre vie qu’il avait sacrifiée. Fort comme un cheval, Étienne était le fer de lance de son équipe. Aucun autre ouvrier ne parvenait à suivre la cadence qu’il s’imposait, pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, personne ne lui en tenait rigueur. Tous savaient ce qui le motivait. Ils souriaient lorsqu’en fin de semaine il empochait avec satisfaction l’enveloppe remise par le contremaître. C’était pourtant un bien maigre salaire.

L’enterrement eut lieu un vendredi matin, gris et pluvieux. Les mineurs avaient renoncé à une demi-journée de travail pour être présents. Seule Germaine manquait à l’appel. Elle n’avait même pas daigné se déplacer. Lorsque Henri fut convoqué chez le notaire, il fut surpris de constater que la jeune femme était présente à l’entretien. Maître Peyrac décacheta une enveloppe de papier brun, remonta d’un geste machinal ses lunettes sur son nez et commença la lecture du testament d’Étienne. Celui-ci n’avait aucune famille et n’avait aucun argent à léguer. Il avait dépensé ses quelques économies auprès d’un  laboratoire de recherches auquel il avait confié des ossements trouvés lors de l’extraction du minerai. Les résultats étaient éloquents : il s’agissait d’ossements d’hominidés vieux de plus de trois millions d’années, ce qu’avait révélé la datation au carbone 14. Ces ossements avaient une valeur inestimable mais Étienne souhaitait en faire don au musée d’histoire naturelle de Toulouse. Henri, d’un hochement de tête appuyé, s’engagea à respecter les dernières volontés de son défunt ami.

Germaine, quant à elle, se vit remettre une lettre. « Très chère, si vous lisez cette lettre, c’est que le poison a eu raison de ma santé et que je n’ai pas vécu suffisamment longtemps pour vous offrir la bague de fiançailles que je vous destinais. Henri veillera sur vous, j’en suis sûr. Je vous souhaite beaucoup de bonheur ». Elle releva la tête et plongea un regard mouillé et langoureux dans les yeux de  l’homme assis à côté d’elle. Elle savait qu’un seul battement de cils pouvait suffire à le faire succomber. Mais Henri n’était pas homme à se faire manipuler. Il vit instantanément à quel petit jeu tentait de s’adonner Germaine. Il lui répondit par une fin de non recevoir. Hors de question de s’enrichir avec la trouvaille de son ami et de trahir sa mémoire. Dès le lendemain, il se rendrait au muséum.

………………………………………………………………………………………………………..

Ceci est ma participation au défi  « Des mots, une histoire 108″des mots une histoire
lancé par Olivia sur le blog  « Désirs d’histoires » Les mots imposés :

diamant – carbone – mine – gemme
précieux – rare – cheval – étonnant
ami – épaule – solide – roc – fer – lance

.

………………..………………………………………………………………………………

Photo  ||JL||, avec l’aimable autorisation de son auteur.

………………..………………………………………………………………………………

Les coulisses de l’histoire

Vous aurez compris que c’est « mine » qui m’a inspiré cette histoire. J’avoue n’avoir pas été très inspirée par cette série de mots, d’autant qu’un bon rhume est venu se mettre en travers de mon chemin. Ce qui explique la fin un peu bâclée. Pour tout dire, j’ai même failli abandonner…

Publicités

21 réflexions sur “L’héritage

  1. Elle est bien ton histoire ! Fluide et bien écrite et ça coule tout seul. Je remarque qu’il y a souvent un petit coté désuet et tragique dans tes textes, est ce que tes histoires te ressemblent ? 🙂 . en tout cas, c’est bien fait pour cette garce de germaine, elle n’aura pas l’oseille. Si tu avais pu lui en rajouter une petite couche à la fin, genre maladie (honteuse) histoire de venger tous les Étienne de la terre… (Quand est ce que tu nous pond une petite histoire Hitchcockienne ?)

    • Merci Sébastien…
      Quelle question… Autrement dit, suis-je désuète et tragique ? 🙂 J’espère bien que non. Pour le côté désuet, je ne sais pas trop à quoi ça tient. Peut-être parce que j’aime les vieux films en noir et blanc, les petites histoires de Hitchcock (justement… 🙂 ) qui avaient vraiment de la gueule.
      Tragiques… toutes mes histoires ne le sont pas. Mais j’aime bien quand elles finissent mal parce que ça leur donne plus de saveur. Et encore, là, elle ne finit pas si mal que ça puisque cette saleté de Germaine se retrouve le bec dans l’eau. J’aurais pu faire une fin grinçante, où Germaine obtient gain de cause, avec pour morale (si on peut dire) : les manipulateurs et les profiteurs s’en sortent toujours.

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s