Faiseurs d’images

OmbreL’entrée à la prestigieuse école de photographie Nicéphore Niépce était soumise à une sélection drastique. Admis dans le célèbre établissement dès l’obtention de leur diplôme de fin d’études secondaires,  les jeunes recrues, en provenance des quatre coins du monde, étaient triées sur le volet. Les élèves devaient posséder des qualités exceptionnelles, notamment la rigueur et une force de caractère inébranlable. Il apparaissait qu’une réelle ouverture d’esprit et une saine curiosité étaient un atout indéniable pour l’exercice de leur futur métier.  Les longues années d’études allaient forger leur sens de l’observation. Ils apprendraient à redoubler d’attention au moment d’appuyer sur le déclencheur, car le maître mot de l’enseignement qui allait leur être dispensé était « Voir ».  Ceux qui jugeaient intolérable le niveau d’exigence requis abandonneraient très vite et rejoindraient la cohorte des paparazzis. D’autres, ayant une opinion bien arrêtée sur le monde politique et économique, s’orienteraient vers le reportage, alors que les artistes dans l’âme finiraient dans la photographie de mode. Mais seuls quelques élus obtiendraient le diplôme final, celui qui leur ouvrirait les portes de la réussite, grâce à la maîtrise parfaite de cet art difficile des faiseurs d’images.

Romain étaient de ceux-là. A l’âge de dix ans, il s’était vu offrir son premier appareil, un Kodak Instamatic. Depuis, le virus de la photographie ne l’avait plus quitté. Déjà à cette époque, il avait pris un nombre considérable de clichés de Montmartre qui lui avaient valu les félicitations de son instituteur. Rien qu’à voir le galbe de ses mollets, on savait qu’il avait passé son temps à  arpenter en tous sens les ruelles escarpées de ce pittoresque quartier. Le jour où il entra à l’école Nicéphore Niépce fut mémorable, un véritable morceau d’anthologie dont il se souviendrait toute sa vie. L’épisode du discours, prononcé par madame Michu, la directrice, pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants, l’avait plongé dans les affres de la culpabilité. Il avait été demandé à chaque élève de faire un portrait de la directrice, en plein feu de l’action. Jusque là, les particularités physiques de cette femme distinguée n’avaient guère frappé les esprits. Or, le cliché pris par Romain faisait ressortir les traits indéniablement bovins de madame Michu. Le jeune homme avait réussi à capter l’essence même de sa personnalité, celle d’une matrone à l’esprit obtus, qui cachait habilement son jeu sous des dehors hypocrites. Le professeur principal fut bien obligé d’admettre que le cas de Romain était unique. Il possédait ce don exceptionnel qui un siècle auparavant avait tant effrayé les indiens d’Amérique, convaincus  que les photographes étaient des voleurs d’âmes. Plus tard, le réalisme exacerbé de ses prises de vues viendrait jeter le doute dans les esprits. Qui sait si certaines croyances n’avaient pas un fond de vérité ? Alors que les journaux satyriques le courtisaient, les célébrités, notamment les hommes politiques, le fuyaient comme la peste. Un jour, il disparut. Personne ne sut ce qu’il était devenu. On raconte que, devenu trop dangereux et imprévisible, il aurait été éliminé par les services secrets.

……………………………………………………………………….

Ceci est ma participation au défi  « Des mots, une histoire 95″
lancé par Olivia sur le blog  « Désirs d’histoires »des mots une histoire

Les mots imposés :

célèbre – attention – redoubler – bovin – apparaître – morceau – rigueur
opinion – force – mollet – notamment – intolérable – souhaiter

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Photo Pat Berardici, avec l’aimable autorisation de son auteur

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Les coulisses de l’histoire

La rigueur est le mot qui a donné l’impulsion à mon histoire. Elle m’a fait penser à l’école, ainsi que « redoubler » que finalement j’ai détourné pour en faire un autre usage, car j’ai tout de suite remarqué que « redoubler » et « attention » se mariaient parfaitement. J’ai commencé à écrire quelques lignes  où il était question d’une école d’esthéticiennes, mais j’ai vite réalisé que l’épilation et le maquillage ne m’inspiraient absolument rien. Assez bizarrement, « bovin » m’a orientée vers la photographie, alors que « mollet » est le mot qui m’a donné le plus de fil à retordre. Étonnant, non ?

Publicités

24 réflexions sur “Faiseurs d’images

  1. MCL, « rigueur » j’adore !
    J’aime tes coulisses aussi, toujours autant !
    Dernièrement, j’ai appris, horrifiée, que même les photos du célèbre Doisneau étaient truquées… On dit que le « baiser de l’Hôtel de ville » n’est qu’un montage…
    Belle idée originale, nos esprits voyagent partout 😆
    Bon we et bisous d’O.

    • J’ai du mal à imaginer qu’une photo de Doisneau soit un montage, celle-ci ou une autre. Tu veux dire qu’elle n’a pas été prise sur le vif mais que le couple pose ?
      Merci Soène et bon week-end à toi aussi.

  2. Je le trouve très bien placé le mollet, cela donne un côté opiniâtre et sympathique à ton personnage 😉
    Tes coulisses sont aussi très intéressantes 😉 tu pars comme cela à écrire une histoire sans savoir où cela va te mener 😉 Pour ma part je fais l’inverse, j’ai sur un carnet une dizaine d’idées d’histoires et quand je vois les mots je regarde la liste et je fais un choix 😉

    • Intéressante ta technique pour écrire une histoire pour le défi d’Olivia… Quelquefois, l’histoire est déjà écrite et je n’ai plus qu’à y insérer les mots, mais c’est assez rare que je procède comme ça.
      Tu fais donc partie de ceux qui ont un petit carnet… 🙂 J’en ai un aussi, mais la plupart du temps, j’oublie que je l’ai 🙂

    • Oh oui, c’est du vécu : une demi-journée passée à monter-descendre-monter-descendre… et en fin de journée je me suis aperçue que mes mollets étaient tétanisés. Passage obligé à la pharmacie pour acheter une pommade décontractante, en espérant que je pourrais reprendre mes pérégrinations dès le lendemain. 🙂

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s