Le boss

Carte ParisVoici ma participation au défi  « Des mots, une histoire 89″
lancé par Olivia sur le blog  « Désirs d’histoires »

Les mots imposés :

piscine – implacable  – serpent – réveiller des mots une histoire
débarquer  – jambe – aigre
échapper – guerre  – furtif
oraison – s’élever – mythe

.

Lire l’épisode précédent

— Salut ! Encore désolée de t’avoir réveillé en pleine sieste. Pour une fois que tu pouvais te reposer…

Pierre venait d’arriver au labo, la mine défaite.

— Tu n’y es pour rien. Le boss planifie toujours ses réunions au dernier moment.  Je commence à en avoir l’habitude. On dirait même qu’il y prend plaisir, fit-il d’un ton aigre. Enfin, tout bien considéré, je déteste encore plus le voir débarquer à l’improviste, comme il sait si bien le faire.

— Tu as raison. Ce type est  imprévisible, il apparaît toujours là où on ne l’attend pas. Il me fait l’effet d’un serpent, fourbe et manipulateur.

D’un signe du menton, Pierre l’interrompit tout en lui montrant discrètement l’escalier qui menait à la mezzanine. Le boss était là. Franck Holson gravissait déjà les dernières marches. L’homme, d’une soixantaine d’année, était vêtu d’un complet sombre à la coupe impeccable. Ses cheveux taillés en brosse témoignaient de son passé de militaire. Il se racontait que, durant la guerre du Golfe, ses exploits en avaient fait une sorte de mythe pour les plus jeunes recrues.  Blessé à une jambe lors d’une embuscade, son léger boitement lui donnait cet air distingué qu’arborent certains anciens officiers.

— J’espère que vous allez me surprendre, susurra-t-il. Allons-y !

Ce ton mielleux, s’élevant telle une oraison, ne trompait plus son monde. Chacun savait que le couperet pouvait tomber à tout moment. Le boss savait se montrer implacable, voire cinglant si on venait à le décevoir. Mathilde démarra la démonstration en commentant les données chiffrées. Holson opinait du chef, visiblement satisfait. Vint ensuite l’observation du sujet en temps réel. Le scénario avait été préparé dans les moindres détails et pourtant rien ne se passa comme prévu. Les informations reçues présentaient des incohérences. Certaines nanites semblaient évoluer de façon anarchique, comme si elles régressaient. Leur vitesse d’apprentissage, jusque là fulgurante, paraissait avoir été stoppée net. Le coup d’oeil furtif que jeta Mathilde à son collègue trahissait un état de panique qu’elle avait bien du mal à contenir. Pierre s’installa à un autre ordinateur pour examiner les données fournies par le GPS. Deux points lumineux distincts apparurent sur l’écran, l’un à proximité de la piscine Keller, l’autre se dirigeant vers la place de l’Etoile. C’était insensé, les nanites avaient été programmées pour se fixer sur un seul sujet. Il ne pouvait en être autrement. Un intrus s’était immiscé dans le protocole de tests et venait réduire à néant tous leurs efforts. La voix du boss s’éleva, mettant fin à un silence embarrassant.

— Je n’en ai rien à faire ! Le système expert doit être opérationnel dans 3 mois. Nous avons perdu assez de temps ! Vous devez retrouver et éliminer ce parasite !

— Mais…

— C’est un ordre !

Lire la suite

…………………………………………………………………………….

Les coulisses de l’histoire

Le retour au labo était prévu. L’idée du boss qui venait s’enquérir des progrès de l’expérience s’est naturellement imposée. Le dernier mot que j’ai réussi à caser est « piscine », car je me demandais ce que j’allais pouvoir en tirer. Il a donc fallu que je regarde s’il y avait une piscine pas trop loin du quartier de la Tour Eiffel. Heureusement, il y en avait une. Quant à l’illustration, je n’ai pas eu besoin de chercher bien loin…

Publicités

28 réflexions sur “Le boss

  1. Ahhhh mais quel suspens !!! je suis accrochée à ton histoire !!! Bon cette fois ça va être long jusqu’à la semaine prochaine, j’ai lu trop vite ! 😆
    Bravo ! et c’est encore super bien écrit 🙂
    bonne journée ! Bises

  2. oui en effet, cette semaine-ci c’est le mot piscine qui avait quelque chose d’incongru, très souvent! mais tu t’en tires magistralement, bravo!
    j’aime l’idée d’une histoire qui se suit et la tienne tient en haleine (re-bravo)
    je m’y essaierais bien aussi 😉

  3. Me voici enfin pour continuer ma tournée mais voilà que j’ai été ralentie par un lumbago aigu!!!
    Bon je suis surprise de constater que personne ne te demande la définition de « nanite » car moi j’ai été voir et ne l’ai pas trouvée. En dehors de ça comme tout le monde j’attends la suite!!!
    Bisous d’une « Nanie »(te) lol!!!
    Domi.

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s