Vent de folie dans la ZAC – Episode 1 /3

ChevalJ’ai écrit cette nouvelle dans le cadre du concours « Achève moi 2012 » organisé par le Service Culture de la Province de Liège. Il convenait de démarrer le récit avec l’un des six débuts de textes proposés.

C’est le texte écrit par Jean-Claude Bologne que j’ai retenu, texte qui constitue l’intégralité de ce premier épisode. Autrement dit, je n’ai pas rédigé le contenu de cet article…

Premier épisode  (avec l’aimable autorisation de son auteur)

Ceci est une fiction. Toute ressemblance avec un président existant ou ayant existé ne saurait relever que d’une pure coïncidence.

La rumeur se répandit au galop dans toute l’entreprise : le président Rouvière se prenait pour un cheval. Une demi-heure tous les matins, de 11h 15 à 11h 45, avec une régularité de métronome, il s’enfermait dans un réduit reculé, au premier sous-sol, et cavalait bruyamment en hennissant et en ruant dans les meubles. Puis il ressortait, impeccablement cravaté, le cheveu à peine en désordre, et retrouvait toute son autorité sur un conseil d’administration perplexe et des secrétaires tétanisées.

Personne n’osait rien dire. Personne n’aurait rien su, peut-être, si un archiviste maniaque n’avait eu besoin d’un dossier confié à la poussière des caves depuis on ne savait plus combien de générations. Attiré par les cavalcades fougueuses qui s’échappaient du fond du couloir, il avait reconnu dans les cris gutturaux le timbre de son patron et avait tenté d’observer la scène par le trou de la serrure. Peine perdue ; la clé était restée dans l’orifice et l’empêchait de distinguer quoi que ce fût. Il avait confié le terrible secret au gardien, qui l’avait vu sortir bouleversé du sous-sol, en lui faisant jurer sur les clés de saint Pierre de garder le silence. Le gardien promit tout ce qu’on voulut : un tel serment, n’engage le plus souvent qu’à ne transmettre l’information qu’à un ami sûr en exigeant de lui le même secret. Aussi le gardien ne s’en ouvrit-il qu’au portier, un homme de confiance, qui ne le révéla qu’à la standardiste en soulignant combien il comptait sur sa discrétion. La standardiste avait beaucoup d’amis sûrs qui prêtèrent le même serment, et le soir même, seuls des confidents fiables étaient au courant. En fait, pas un salarié, pas un administrateur n’ignorait la découverte du vieil archiviste. Sauf le président, c’était le principal.

Un conseil d’administration se réunit en urgence. Le président était encore jeune ; il avait succédé à son père l’année précédente, et avait fait preuve d’un dynamisme et d’une inventivité qui manquaient depuis longtemps à l’entreprise. Toute l’équipe en avait été revigorée et le cours de l’action avait bondi. Le succès lui était-il monté à la tête ? C’était l’avis du directeur général, qui avait servi sous Rouvière Senior et qui peinait à suivre le nouveau rythme. La secrétaire en chef soutenait qu’il avait été envoûté et qu’elle avait retrouvé une poupée de crin dans un tiroir de son bureau. Le comptable lui demanda si elle n’y avait pas plutôt vu des champignons hallucinogènes ou des dosettes de sucre glace. Les dactylos optaient pour un chagrin d’amour : le président n’avait-il pas dû, en succédant à son père, rompre une liaison qui lui était chère pour épouser dare-dare une héritière mieux dotée ?

Cela vous casse un homme. Le vieil archiviste rappelait que Richelieu lui aussi se prenait pour un cheval, et qu’on n’avait jamais su si c’était par dépit amoureux pour la reine ou à cause de l’ivresse du pouvoir. Cela fit bondir la responsable de la communication, qui souligna l’effet désastreux d’un président hennissant à l’époque du TGV et du supersonique. Un cheval ! Plus personne ne savait ce que c’était dans l’entreprise !

Le lendemain, à la même heure, le président se prenait pour une moto de grosse cylindrée. Cela ne rassura pas la responsable de la communication.

Lire la suite

………………………………………………………………………………………..

Photo FredArt, avec l’aimable autorisation de son auteur

………………………………………………………………………………………..

Publicités

4 réflexions sur “Vent de folie dans la ZAC – Episode 1 /3

  1. Aaah ! J’ai hâte de lire la suite ! Et c’est une très bonne idée de l’avoir déjà mis sur le blog… Je vais aussi envoyer un mail pour voir où cela en est… sait-on jamais… et si pas de réponse d’ici cette semaine, je posterai ma nouvelle ce week-end, aussi en plusieurs fois pour maintenir le suspense du lecteur.
    A tout bientôt donc, bonne journeige 🙂

    • Très bien ! On va pouvoir découvrir ce que d’autres participants ont imaginé. J’ai hâte de voir ça moi aussi 🙂
      Cela dit, je n’ai pas trouvé grand chose à propos de ce concours provenant d’autres personnes qui s’interrogeraient sur son issue.

  2. Moi aussi je cherchais des nouvelles. Du nouveau sur le site acheve moi rubrique participation. « Lauréats attendus pour avril 2013 ». Bonne continuation

    • J’ai vu aussi cette info récemment, mais comme la proclamation était prévue pour décembre 2012 (et que cette date est toujours indiquée), je pense que seuls les auteurs de textes retenus ont dû être prévenus.
      Bref, nous verrons bien…
      Merci d’avoir laissé un petit message 🙂

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s