La visite

Tour EiffelVoici ma participation au défi  « Des mots, une histoire 86″ lancé par Olivia sur le blog « Désirs d’histoires« .

Les mots imposés :

préservation – pieds – trouvailles
émerveillement – exactement
qualifier – charrier – monde – martyrsdes mots une histoire

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Lire l’épisode précédent

Le malaise disparut exactement comme il  était apparu, sans crier gare. A mes pieds, s’étalait une vue miniature de la capitale que je découvrais avec émerveillement. Tout en bas, les petits points noirs s’égayaient  en tous sens, sans logique apparente.

— Regarde,  fit  un touriste à son gamin haut comme trois pommes. On dirait des fourmis !

Je n’étais absolument pas d’accord avec cette remarque, aussi je ne pus m’empêcher d’intervenir.

— Les fourmis ont un parcours organisé, comme si elles ne faisaient qu’un. Elles agissent toujours dans l’optique de la préservation de l’espèce. Avec les humains, chaque individu va où bon lui semble. Aucune règle ne permet de prévoir son déplacement, son comportement est imprévisible. Qualifier des êtres humains de fourmis est totalement farfelu, j’ajouterais même illogique.

L’enfant me regarda comme si j’étais un extraterrestre venu d’un autre monde, tandis que son père me jetait un regard soupçonneux. Je réalisai que ces mots étaient sortis de ma propre bouche, moi qui avais pour habitude de ne jamais me mêler de ce qui ne me regardait pas. Et puis, d’où me venait cet intérêt soudain pour les fourmis ? C’était insensé.

— Savez-vous que la vitesse d’ascension est de 2 mètres par seconde ? La dénivellation du rez-de-chaussée jusqu’au premier étage faisant 115 mètres, nous avons donc parcouru cette distance en un peu moins d’une minute, fis-je en haranguant la foule de touristes entassés dans l’ascenseur, alors que la porte s’ouvrait.

— Les ascenseurs charrient environ 7 millions de visiteurs par an, ajoutai-je malgré moi.

Les touristes m’ignoraient délibérément, comme si j’étais un pestiféré.  J’entendis même quelqu’un me qualifier de « monsieur je sais tout ». Que se passait-il ? Vu la tournure des événements, je préférai renoncer au troisième étage. Tel un martyr, je ne pus m’empêcher d’éprouver un insupportable sentiment d’injustice. Je restai sur l’esplanade et achetai une gaufre que je dégustai tout en boudant.

— Quand même, belle trouvaille ces nanites !

— Ça ira pour aujourd’hui. Revenons au mode passif et laissons-le agir à sa guise.

Lire la suite

………………………………………………………………..

Les coulisses de l’histoire

Je n’ai pas pu rendre ma copie en temps et en heure, mais tant pis, j’ai quand même rédigé la suite de mon histoire avec les mots de l’édition 86.

Quoiqu’il en soit, je devais en passer par la visite de la Tour Eiffel. Fort heureusement, les mots imposés étaient peu nombreux et pas trop difficiles à utiliser dans le contexte.

………………………………………………………………..

Photo Raúl Cacho avec l’aimable autorisation de son auteur

Publicités

6 réflexions sur “La visite

  1. Arf c’est effrayant de savoir qu’on peut ainsi manipuler quelqu’un à son insu 😉
    Ton texte est bien écrit comme toujours. j’ai relu l’avant dernier, que j’avais du oublier de lire d’ailleurs…
    bonne journée 😉

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s