La cage

Cage doréeVoici ma participation au défi 3 (liberté)  lancé par Asphodèle
sur le blog  Les lectures d’Asphodèle .

Le défi : écrire un petit texte dans lequel les mots suivants doivent obligatoirement figurer.

……………………………………………………………………………………………..

Choix, devoir, se battre, crime, pingouin, amarres, divorce, étendard, vent, nuage, écrire, aspirer, s’envoler, s’évader, fraternité et mes trois mots en C : Cascade, clameur, Chuchotement(s).

……………………………………………………………………………………………..

Allongée sur le sable fin au bord de l’eau, je contemple le ciel. De fins nuages cotonneux glissent au gré du vent tels une nuée d’oiseaux déployant leurs ailes pour s’envoler vers le firmament. Les rires des enfants sont rassurants. Munis d’un seau et d’une pelle, ils se font bâtisseurs d’un autre temps. En guise d’étendard, un fanion rouge est fièrement planté au sommet de la tour crénelée. Je ne regrette pas d’avoir accepté l’invitation de Jeanne à venir passer le week-end à Cancale. Le souvenir des jours passés s’estompe peu à peu.

Son emprise était telle que j’en étais arrivée à ne plus oser sortir de la maison. Le moindre regard croisé avec un inconnu, un simple échange de mots, tout était prétexte à le rendre soupçonneux. Tout a commencé le jour où j’ai accepté de renoncer à une partie de ma féminité. Cette longue chevelure soyeuse qui s’étalait en cascade sur mes épaules ne lui seyait plus. Il la jugeait trop provocante. Ce jour là, j’ai perdu une petite parcelle de moi-même. La jeune femme piquante et pleine de vie que j’étais est devenue peu à peu une petite chose insipide et triste. Pendant qu’il se pavanait dans les soirées huppées, nageant comme un poisson dans l’eau dans ce milieu où les hommes sont vêtus comme des pingouins et les femmes comme des princesses, je restais timidement dans un coin, baissant les yeux pour me rendre transparente au reste du monde. Jusqu’à ce jour…

Il devait partir en déplacement pour le week-end. Son associé, qui faisait partie du voyage, avait proposé que j’accompagne son épouse et ses enfants dans leur villégiature au bord de la mer. Un peu contraint, il avait accepté. Avait-il vraiment le choix ?

Jeanne a fait preuve de beaucoup de tact. Son écoute, sa gentillesse m’ont fait prendre conscience de mon état de dépendance. Prendre la décision de le quitter n’était pas un crime, avait-elle insisté.

J’aspire à redevenir celle que j’étais avant. Qu’importe le qu’en dira-t-on, qu’il se traduise par de bruyantes clameurs ou par d’hypocrites chuchotements dans mon dos. Je sais que je vais devoir me battre, jeter les amarres et m’évader de cette cage dorée qui s’est refermée peu à peu sur moi. C’est décidé, dès demain, à la première lueur du jour, je prends ma plus belle plume pour écrire une lettre que j’aurais dû rédiger il y a déjà longtemps. Demain, je fais ma demande de divorce.

Les coulisses de l’histoire

La photo m’a évoqué une petite plage ou une crique. Les nuages et le vent ont été le point de départ de l’histoire qui finalement a évolué dans une direction inattendue (l’absence de liberté plutôt que la liberté).

Je n’ai pas réussi à caser « Fraternité ». Rien à faire… Ah si ! Dans les coulisses de l’histoire !
Oooh, la vilaine tricheuse… 🙂

Publicités

36 réflexions sur “La cage

    • Ce n’est pas autobiographique. Suite à une remarque de Célestine la semaine dernière, j’ai fait en sorte que le personnage principal, qui parle à la première personne, soit une femme. Le mot divorce a influencé la suite de l’histoire. J’avais aussi envie d’écrire au présent (ce que je fais rarement) avec flash back, au passé.

  1. Tu as bien raison.Qu’importe le Cancale dira-t-on?Il y a autour de chacun de nous au moins quelques barreaux,pas forcément une cage de fer,mais au moins queques restrictions.Mais ne sommes-nous pas tous un peu geôliers,et des autres parfois,et de nous-mêmes,souvent.A bientöt.

  2. Je ne dis rien : quand un mot me gène, il m’arrive de le caser dans le résumé de la semaine précédente.
    Sinon, parmi ceux qui chuchotent hypocritement, combien le font parce qu’ils sont incapables de sortir de leur dépendance ?

    • Oui, toujours trop. Quand on pense que cela arrive dans les pays occidentaux, où le droit des femmes a beaucoup évolué, imaginer ce qui se passe dans d’autres pays, où leurs droits sont bafoués, donne froid dans le dos.

  3. Le pire dans tout ça, c’est que pour nos deux histoires, cela arrive a tellement de femmes, et d’hommes aussi d’ailleurs… je crois que le pire dans une vie est d’être privé de sa liberté, par n’importe quel moyen qu’il soit, ce n’est pas juste.
    Ton texte est fort émouvant également 🙂 bises et bon week-end 🙂

  4. Comment ça, MCL, pas de « fraternité » ? 😆
    Le divorce nous a plombé l’atmosphère. J’ai mieux aimé le pingouin !
    J’adore Cancale et déguster des huîtres en bord de mer c’est génial !
    Quand aux cancans ou les cancalediratons (Bravo Eeguab :lol:), alors là, on s’en fiche, les gens feraient bien mieux de balayer devant leur porte…
    Souvent, les femmes cassent leurs chaînes et connaissent le prix de leur liberté retrouvée… C’est la vie.
    Bon dimanche et bisous d’O.

  5. Voilà à quoi j’ai pensé dès les premières en te lisant : « Ouvrez ouvrez la cage aux oiseaux
    Regardez-les s’envoler c’est beau
    Les enfants si vous voyez
    Des p’tits oiseaux prisonniers
    Ouvrez-leur la porte vers la liberté »

    • Ah mais c’est Avalon qui a utilisé l’image qui correspond le mieux à la chanson ! Je voulais trouver une photo représentant une femme dans une cage. Je n’en ai trouvé qu’une mais la propriétaire de la photo ne m’ayant pas répondu, j’ai dû faire un petit montage vite fait pour illustrer mon histoire.

  6. J’ai beaucoup aimé. Et je suis à la fois fière et confuse que tu aies tenu compte de ma remarque pour changer ta façon d’écrire habituelle. Le récit en à beaucoup de force, de ce fait. Bravo.

    • C’est vrai qu’on peut se méprendre. N’ayant pas trouvé de photo qui corresponde vraiment à ce que je voulais, j’ai fait un petit montage pas très heureux où on ne distingue pas grand chose… C’est toujours étonnant et intéressant de découvrir la perception des autres…

Laisser un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s